Comment mes cousins LMPT m’ont ruiné mon mur…

J’ai beaucoup de cousins et cousines. Quand je dis beaucoup, c’est beaucoup. Pas loin d’une quarantaine je pense.

Évidemment, les écarts d’âge sont assez larges et je suis parmi les plus jeunes. On s’entend plutôt bien, on se voit souvent l’été, aux fêtes de famille, etc. Avec le temps et la fondation de nos propres famille, on se voit moins mais on reste assez proches. Avec certains plus que d’autres évidemment.

C’est une famille de tradition catholique. Très tradition et très catholique ! Certains sont très praticants, certains même LMPT (La Manif pour Personne Tous). Et je viens de découvrir qu’ils sont nombreux à être fillonistes, ça doit faire partie du trio gagnant.

Résultat de recherche d'images pour "facebook j'aime pas"

Bon. Je le vis bien. Il y a des affinités avec certains plus que d’autres évidemment (enfin ça a été un peu chaud parfois mais c’est de l’histoire ancienne.) Nombreux sont ceux qui figurent parmi mes contacts sur face de bouc. Des jeunes et des moins jeunes. (Oui il paraît que facebook s’est ringardisé et que les jeunes n’y vont plus car il y a trop de « vieux » -de trentenaires quoi!)

Quand FB servait uniquement à poster des photos et donner des nouvelles, en évitant le mel collectif, tout allait plutôt bien.

Mais récemment (merci le congé mat qui te permet de glander passer plus que nécessaire sur les « réseaux sociaux »…)  sous les quelques posts que je « likais », je trouvais parfois des commentaires des-dits cousins, de certains plus précisément. Innocemment, je likais des petites phrases sympas sur le féminisme, l’IVG, l’éducation bienveillante… Et un peu au sujet de la rigolade politique actuelle.

Mais les commentaires devenaient de moins en moins bienveillants et de plus en plus fréquents.

Je ne comprenais pas toujours comment ils avaient accès aux publications de « mes » contacts, avant de comprendre le système d’affichage des activités des « amis » sur la droite de l’écran (sur ordi et pas sur smartphone, donc). Merci la dictature de l’algorithme.

Un débat sur l’IVG est devenu très chaud suite à ma signature d’une pétition qui s’est malencontreusement affichée en public sur mon mur. Évidemment ils s’en sont mêlés, et leurs contacts avec eux. À moitié trollée, je m’amusais à pousser à bout des gens que je ne connaissais pas et qui (des hommes comme par hasard) hurlaient leur dégout des femmes qui avaient le culot de faire ce qu’elles voulaient de leur corps d’avorter. J’ai lu des réactions complètement passionnelles. Et d’autres complètement démentielles (on ferait du collagène à partir des foetus, pour botoxer les riches américaines… wahou).

Des petites boutades satiriques sur le candidat de la droite ont tourné vinaigre parce qu’ils le défendaient bec et ongles.

J’ai mesuré alors l’hypocrisie du truc : je me suis auto-censurée!

Je réfléchissais à deux fois avant de commenter ou publier. Je me demandais ce qu’ils allaient dire si j’écrivais telle ou telle chose .

Eh merde ! J’avais l’impression d’être cernée, le moindre de mes faits et gestes clics « j’aime j’adore je pleure » observé et jugé.

Pourtant ils n’étaient que deux à être si actifs. Deux sur plus de 150 contacts. Deux qui viennent pourrir les commentaires avec du sexisme à deux balles, de la morale surannée, le tout couronné par de l’hypocrisie niveau expert. Deux qui me feraient gagner à eux tous seuls le bingo des remarques sexistes, patriarcales et du mansplaining. Un homme et une femme, les hommes n’ont pas l’apanage du sexisme.

Je réponds vertement à un inconnu en lui parlant d’éjaculation? Je suis rappelée à l’ordre, telle une petite fille. «Enfin, Vervaine, une jeune fille ne dit pas ça !» (Le mec à qui je répondais me faisait la morale sur l’avortement). Donc lui, un homme, peut parler de « ça », mais moi, jeune, femme, « bien élevée », je ne dois pas parler de sexe, ouh la non. (Si une femme se pose la question d’avorter, c’est qu’un homme a bien du éjaculer à un moment ou un autre, mais faut pas le dire, c’est vulgaire «dans la bouche d’une femme».)

Je « like » des blagues sur François Fillon ? Mon cousin me partage un article de 3km comme quoi FF est victime d’un complot mediatico-gauchiste et que rien n’est prouvé, blablabla.

Je pointe l’incohérence entre les déclarations d’un homme soi disant vertueux et immaculé et les actes: on me répond que les autres ne sont pas mieux. Je demande s’il ferait ça avec ses enfants : sous prétexte que Machin a piqué un chocolat, alors Bidule peut voler dans le porte-monnaie. Il me répond que non mais que ça n’a rien à voir.

Et partage 2j après un pamphlet sur François Mitterrand ou François Hollande bourré d’approximation (et de haine aussi).

Soyons clairs: je ne veux pas faire de soutien politique ici, on soutient le candidat que l’on veut mais qu’on accepte d’ouvrir les yeux et de rire des incohérences, fut-ce de celles de son poulain !

Bref, c’est devenu un pugilat par com’ interposés.

Pas bien grave me direz-vous. Non pas bien grave. Mais j’ai réalisé ainsi l’ampleur du pouvoir de nuisance d’une petite minorité. La technique est simple :

  1. Toujours rabaisser ce que dit une femme, parce qu’elle doit « bien se tenir », ne pas être vulgaire, etc. Et ne doit pas décider de ce qu’elle fait de son corps, hein. Si on te dit que c’est pas bien, c’est que c’est pas bien ! On est des hommes, on sait, nous !
  2. S’empêtrer dans une morale à deux vitesses : avorter c’est mal, tricher c’est mal, voler c’est mal. Mais voler, mentir et tricher quand on a « un projet pour la France », là ça passe. Et Pénélope n’a pas avorté (ou en tout cas, on ne le sait pas) donc l’honneur est sauf.
  3. Ne pas laisser de répit : tracer la moindre remarque, le moindre commentaire, même le plus innocent
  4. Se mêler de l’intimité des autres (avec qui/quand/combien de fois ils couchent…) oui évidemment si une femme avorte, c’est qu’elle avait une « mauvaise » sexualité, manifester contre un droit qui ne touchera en rien sa propre famille au nom de principes qui sortent d’on ne sait où. Sous entendu qu’être homosexuel, c’est mal.
  5. Affirmer des contre-vérités avec aplomb. Plus c’est gros, plus ça passe. Mon cousin ose m’expliquer le statut du fermage, à moi ! Je suis agronome, disons que j’en ai vaguement entendu parler… 😉

J’ai baigné dans ce milieu petite, même si ma mère sortait du lot, j’ai bu cela sans m’en rendre compte. Je ne hausse pas la voix en réunion,  je n’impose pas mon avis face à des gens plus âgés, je m’habille « décemment »…

Je n’impose pas mon avis face à mon patron/mon médecin/celui qui « sait ». Je me laisse maltraiter bien docilement.

Tant de choses que j’avais intégrées inconsciemment.

Et je ne suis pas la seule, la preuve avec les chiffres de l’observatoire de l’inégalité F/H (entre autres).

Bon, finalement, à la publication d’une énième énormité sur l’avortement (c’est une opinion, on va pas m’empêcher de m’exprimer quand même !), j’ai fait ce que je devais faire pour préserver ma santé mentale : je les ai viré de mes contacts FB.

Et vous, elle est comment votre famille ? Vous avez aussi des rapports complices ou non, virtuels ou non? 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Comment mes cousins LMPT m’ont ruiné mon mur… »

  1. Eh bien… Ma pauvre Vervaine, ça a dû vraiment être difficile à vivre…. Je ne dis pas cela avec sarcasme, évidemment. Je ne doute pas que tu as dû entendre des personnes qui pensaient autrement (« Pas bien grave me direz-vous. Non pas bien grave. ») ou alors que tu t’es préparée à ce que des gens pensent que si c’est « un pugilat par com’ interposés », alors ce n’est pas grave, ce n’est pas important, tu ne devrais pas te prendre la tête avec ça, internet ce n’est pas la vrai vie, etc. J’ai prévu un article sur ce thème là un de ces jours, il va vraiment falloir que je le fasse.

    En tout cas, je pense que tu as eu raison de les bloquer. Si leur présence t’amenait à t’auto-censurer alors que tu as autant le droit qu’eux/elles de t’exprimer, les écarter de ton compte facebook était une bonne initiative. En retour, si tu représentes un pouvoir de nuisance pour quelqu’un d’autre parce tes opinions dérangent, déplaisent ou semblent déplacées, ça me paraît normal qu’on te bloque aussi (je veux juste dire que je pense évidemment que ça marche dans les deux sens). Enfin, je suis contente de ne pas avoir Facebook pour ne pas avoir à réfléchir à ce genre de trucs.
    Malgré cela, je connais le pouvoir de nuisance que peut avoir la manifestation (même par seulement quelques personnes) d’un désaccord profond en termes d’opinion sur un sujet, d’autant quand ça finit par être répétitif (si tu postes, ils/elles commentent). Tu n’es pas la seule personne féministe (je ne sais plus si tu te définis comme telle) qui m’a fait part de ce type d’histoire. A la fin, la majorité de ces personnes ont choisit de se protéger en bloquant les personnes qui venaient leurs « expliquer la vie », se moquer d’elles, les provoquer, etc.

    Je crois qu’on ne peut pas toujours espérer convaincre quelqu’un, surtout quand la personne part avec des avis basés sur des émotions et non sur du rationnel. Et dans des débats où c’est l’émotionnel qui prime (l’avortement, et parfois la politique) il vaut parfois mieux laisser tomber que se ruiner la vie à affronter des personnes qui, de toute façon, ne changeront pas d’avis.
    Pour le féminisme, c’est évidemment différent : les inégalités femme/homme existent et sont facilement démontrables, faits à l’appui (tandis que démontrer que le droit à l’avortement est une bonne chose touche assez peu au rationnel, et nettement plus aux arguments moraux, donc très largement émotionnels). Certaines personnes seront malgré tout incapable de voir et de comprendre le féminisme, même quand on leur donne des faits objectifs et vérifiables, car elles sont trop prises dans leur opposition émotionnelle au sujet. Cela en fait un sujet sensible à sa manière. Heureusement, pour les personnes qui acceptent d’utiliser leur rationalité, on peut amener le débat progressivement sur les vraies questions de fond, à savoir comment régler ces inégalités (parce que parler cinquante ans pour prouver qu’elles existent, ça devient rapidement une perte d’énergie et de temps). Enfin bon, c’est une autres histoire que la tienne.
    Petite remarque pour terminer ce long commentaire : j’ai été obligée de chercher que LMPT voulait dire La Manif Pour Tous… Non pas que je ne connaisse pas le mouvement (comment le pourrais-je ?), mais je n’avais jamais vu cette abréviation. Au cas où je ne sois pas la seule dans ce cas, peut-être devrais-tu juste le préciser quelque part dans l’article (?).
    En tout cas, très bon article. 🙂

    • Merci pour très intéressant commentaire !!!
      Alors oui, je trouve que ce petit exemple montre bien ce qu’il peut en être dans la vrai vie aussi: l’insistance et la répétition de propos sexistes, réactionnaires (ça fonctionne aussi avec racistes, xénophobes…) pèse lourd dans l’espace public (ou virtuel) et que du coups, plein de personnes n’osent plus parler. Parce que c’est usant de répéter les même choses, de recadrer, d’expliquer *avec gentillesse s’il vous plait* que si, le monde est sexiste, la société européenne est patriarcale, etc. DOnc ça pourrit bien l’ordre public. Et à l’instar de Trump, l’assénation de mensonges parvient parfois à faire croire que ça devient des vérités!

  2. Au moins était-ce une page intéressante ! Un ami m’avait indiqué Facebook comme une voie permettant de faire connaître notre blog. A chaque âge ses découvertes. En fait, FB est un album de photos et il vaut mieux, pour ceux qui les partagent, s’abstenir de légendes, afin de ne pas infliger une ahurissante orthographe. Niveau de réflexion… Ce n’est pas le lieu pour cela à de très très rares exceptions.
    La famille n’est pas une obligation longue durée. Elle apporte en ouverture ou en blessure à notre enfance, notre jeunesse. Ce qui nous construit. Ensuite, on va voir ailleurs et on se fabrique ou pas un cercle électif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s