De l’allaitement, du féminisme et de la culpabilité

C’est la semaine mondiale de l’allaitement maternel et une toute récente campagne UNICEF fait parler d’elle en ce moment… Elle se veut faire la promotion de l’allaitement, un sujet ô combien polémique.

Alors en réaction, un petit article sans références et vite rédigé pour un moment « coup de gueule ».

Quelques clichés en vrac: l’UNICEF c’est pour les enfants des pays pauvres, et l’allaitement aussi hein. Dans les pays «riches», y’a pas de différence entre du lait maternel et une préparation pour nourrissons (c’est le terme que j’emploie en lieu et place de «lait maternisé» qui, s’il est bien du lait -mais de vache!- n’a pas grand chose de «maternisé»). Je n’en pense pas un mot, évidemment!

De l’allaitement

Aujourd’hui, pour nourrir son enfant, on nous présente un choix: « sein ou biberon », et ce choix apparaît comme une avancée moderne et libératrice.

L’allaitement est « naturel » dans le sens où il est prévu par la nature. Cela ne veut en aucun cas dire que l’allaitement est facile, ni inné, ni allant de soi. Il a également des aspects culturels de part sa vision et sa promotion -ou non- par la société. Des savoirs peuvent être transmis de mère en fille, de soignant à parturiente… ou pas. L’allaitement n’est pas toujours facile mais de nombreuses connaissances permettent de le rendre plus serein quand cela ne fonctionne pas bien. Elles sont malheureusement peu diffusées en France. Nombreux sont les puéricultrices.teurs, sage-femmes et même pédiatres peu voire pas formés sur la lactation.
Que l’on soit un.e adepte du retour au naturel ou pas, certaines choses sont aujourd’hui prouvées par maintes publications scientifiques :

  1. Le lait maternel est l’aliment le plus adapté au nourrisson (quelque soit le pays où l’on vit).
  2. l’allaitement est bénéfique au lien mère/enfant. Il favorise l’attachement -ce qui sécurise l’enfant- et aide à la réduction de la dépression post-partum de la mère.
  3. Il est aussi bénéfique pour la mère : les mères ayant allaité ont une probabilité moindre de développer certains cancers; il favorise la perte de poids, etc.

Ce sont des faits. De l’information pure et simple.

Et des généralités, donc qui ne présagent en rien de chaque cas individuel !

Un enfant allaité peut être malade, un enfant au bib en bonne santé. Donc merci pour les « moi mon gamin n’a eu que des biberons et il est jamais malade ». Très bien tant mieux et heureusement. Je parle à l’échelle de la société, là.

Du féminisme

Certaines féministes, et non des moindres, comme Élisabeth Badinter, fustigent l’allaitement, le trouvant avilissant, rendant la mère esclave de son enfant, ne permettant pas au père de s’impliquer, etc. Que l’on m’explique en quoi préparer/laver/stériliser des biberons, acheter de l’eau en bouteille et des boîtes de poudre est plus libérateur ?! Que sortir en balade, en courses, avec un arsenal de boîtes de poudre ou de bib préparées est plus simple qu’avec juste sa poitrine? Qu’avoir le lait toujours prêt, toujours à bonne température, soit plus compliqué que préparer un bib, surtout à 3h du mat? Bref si on veut vraiment laisser le choix, que l’on soit honnête et de bonne foi. Et que l’on évite de se laisser emporter par un dogme. Mon corps, mon choix. Celui de disposer de son utérus et de sa poitrine si on le souhaite et comme on le souhaite. Cela veut dire aussi accepter son corps et sa capacité à porter et nourrir un enfant, sans en faire ni une obligation ni une interdiction !

Donc OUI décider d’allaiter, c’est aussi être féministe : je décide de ce que je fais de mon corps!

Sur l’argument de la place du père qui, se sentirait rejeté car ne nourrissant pas son enfant : parce que le papa ne sait pas faire la cuisine, faire le ménage, changer les couches, donner le bain, gazouiller avec son enfant ? L’argument que le papa peut se lever la nuit: combien de pères ont tenus plus de 8j? En général, la mère est réveillée de toute façon quand elle entend son enfant pleurer… et le père peut apporter le bébé près de sa mère s’il veut participer la nuit. Ou il peut en profiter pour dormir et être en forme pour s’occuper du bébé le matin. Juste quelques exemples…

L’allaitement n’est pas qu’une affaire de femmes, un père soutenant y est pour beaucoup aussi, et ne parlons pas d’une image bienveillante de la société…

C’est avoir un enfant qui est épuisant, voire avilissant les premiers mois. Porter un enfant 9 mois dans son ventre peut déformer le corps d’une femme. Pourtant, de nombreuses féministes font des enfants. 😉 Certaines se battent pour que toutes les femmes puissent avoir des enfants, quelque soit leur orientation sexuelle par exemple. Le choix de disposer de son corps ne s’arrête pas à la contraception.

On peut tout aussi bien être féministe ET allaiter. En diffusant les bonnes informations, en promouvant une image de la femme -et de sa poitrine- non réduite à un objet sexuel…

De la culpabilité

Puisqu’on nous présente le mode d’alimentation de l’enfant comme un choix, on sous entend que ce soit sera mûrement réfléchi. Tout aussi réfléchi que celui de la poussette ou du siège auto. Non? Ca marche pas comme ça ? Ah bon.

Si certains couples, certaines mères, vont réfléchir à la question, se renseigner, lire, peser le pour et le contre… pour d’autres le « choix » peut paraître une évidence. On a toujours / jamais vu des femmes allaiter, on « pense que » ça sera facile / difficile, on ne rêve que de ça depuis la grossesse, on a un blocage sur le fait de dévoiler son sein, de lui voir un autre emploi que celui de la sexualité, on trouve que c’est naturel/trop animal… Tout n’est pas que raison et calcul ! Et parmi ces impressions, ces sentiments,  beaucoup proviennent de fausses informations, de croyances, d’idées reçues (par la voisine, la boulangère, la pub…). Et on ne va pas se fatiguer à tout vérifier. C’est humain.

Mais alors, si une campagne de publicité publique, un soignant, une personne de votre entourage… vous énonce des faits prouvés, à savoir que le lait maternel est le meilleur pour l’enfant, quel est le problème ?

Si vous avez choisi en connaissance de cause, quelque soient vos raisons, vous n’avez pas à vous en vouloir ! « Oui c’est mieux mais j’avais pas envie. » C’est votre choix et cela ne se discute pas.

Si vous ne saviez pas, avez été mal conseillée, mal soutenue, avez écouté ce toubib qui vous proposait « un petit complément »… à part tristesse, remords, ressentiment, voire colère contre les mauvais conseils… je ne vois pas en quoi vous devriez culpabiliser. On ne peut changer ce qui est fait.

 En quoi énoncer une vérité serait-il culpabilisant?

Un petit exemple plus clair (et un peu provoquant) : vous adorez manger (au MacDo) gras, salé, sucré… Toutes les études récentes disent que ce n’est pas bon pour la santé. Allez-vous hurler sur le spot de pub qui vous fait « culpabiliser » pendant que vous mangez des chips avec une bière devant le match de foot ? On peut savoir que ce n’est pas ce qu’il y a de mieux et le faire quand même ! Je ne vois pas de culpabilité là-dedans. Et si culpabilité il y a, et qu’elle est si forte que vous préférez finalement manger des bâtonnets de carotte avec un Perrier, où est le problème ?! À part que vous serez certainement en meilleure santé? (Ironie et 10ème degré de rigueur)

Publicités

4 réflexions au sujet de « De l’allaitement, du féminisme et de la culpabilité »

  1. excellente synthèse du debat bravo et merci ! j’ajouterais le fait que des mamans lait de vache vous agressent gentiment, (du fait je dirais une culpabilité plus ou moins refoulée de ne pas l avoir fait !) et vous signalent par exemple que vous aller avoir une poitrine atroce… Merci les copines ! sachant que c’est faux cela aussi
    une vraie feministe qui allaite

    • Ah les petites piques entre femmes 😉
      Ah ben oui « allaiter déforme la poitrine » , bel exemple de désinformation, venant souvent des femmes elles-mêmes. Mais allaiter réduit les risques d’apparition de cancer du sein, ça s’est prouvé ! Alors quitte à choisir entre belle poitrine et cancer, hein ?! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s