Annoncer sa grossesse à sa soeur infertile 2/2

Donc me voila, me demandant par quel bout le prendre, ne pas vouloir lui dire « oh écoute, je ne sais pas comment te le dire » alors qu’en vrai, je ne sais pas comment lui dire !

Mais je ne voulais pas en faire une mauvaise nouvelle, ni penser que cela puisse être une mauvaise nouvelle (la force de la pensée, il parait que cela se voit au téléphone 😉 ) même si je me doute que sa potentielle joie sera forcément teintée d’amertume. Ou d’un soupir ou d’une rancœur ou… Impossible de me mettre à sa place, évidemment, mais je peux me douter de l’ambigüité des ses sentiments à cette annonce.

Donc, pour me rassurer sans doute moi plus qu’elle, je cherchais la phrase adéquate. Et j’ai trouvé :

« Tu auras bientôt une petite nièce ou un petit neveu ! »

Je préférais cela que « je suis enceinte », « je vais avoir un bébé  » qui me semblait trop brut et trop proche de l’état physique qu’elle cherche à atteindre. Je me triture sans doute le cerveau pour rien. Mais après plusieurs jours de trituration, cette phrase me revenait comme la plus acceptable possible.

Donc, l’annonce. Malgré les km, on garde bien le contact ma sœur et moi. On a du mal à se parler au téléphone, car ses moments de libre (en soirée comme la plupart des gens!) ne correspondent pas aux miens (le « trou noir » de la mère de famille, pour ceux qui connaissent!). Et après que mes filles soient couchées, je suis souvent trop fatiguée pour discuter…

On échange donc souvent par sms, pratique, rapide, insonore… Je prends souvent de ses nouvelles sur son moral, sur ses soucis au boulot, je compte les jours de ses cycles avec elle, je m’énerve avec elle sur les discours blessants de certains gynéco(n)s… Depuis quelques jours, je voulais tout de même lui parler de vive voix. Quand j’y suis enfin arrivé, elle avait un sac de colère à déballer sur son boulot. J’étais contente de pouvoir l’écouter, cela me rassurait sur mon rôle de « grande sœur » réconfortante. Puis elle demande de mes nouvelles, celles de mes filles, … Et c’est là que je choisis de lui dire. Ma belle phrase préparée, tournée et retournée depuis des heures. « Ah mais, de quel coté? » me demande  t-elle. « Eh bien, le mien ! » « Ah chouette !!! »

Son enthousiasme ne paraissait pas feint, j’étais rassurée et on a papoté encore 5 minutes.

Peut-être me suis construit tout un monde pour rien, je ne sais pas. En tout cas, je suis heureuse qu’elle le prenne bien. Elle m’a même fabriquée une bola de grossesse de ses mains, en apprenant que j’en cherchais une.

Quelques jours plus tard, je lui lançais une invitation sms à venir nous voir lors d’un grand week-end en mai. Où je précisais que si la vue de mon petit ventre lui faisait trop de mal, je comprenais, et que je ferai tout pour éviter de parler de ma grossesse devant elle si elle venait. A quoi elle m’a répondu que déjà 2 de ses copines arboraient elles aussi le « baby bump » cette année et que bon, une de plus… »et puis t’es ma sœur c’est pas pareil ! »

C’est peut-être pire, allez savoir ?

Et vous, cela vous est-il arrivé de devoir gérer le rapport fertile vs infertile ? Comment cela s’est-il passé?

Publicités

Une réflexion au sujet de « Annoncer sa grossesse à sa soeur infertile 2/2 »

  1. Ping : L’arnaque du bola | Une aventure familiale...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s