Annoncer sa grossesse à sa soeur infertile

Je lis pas mal sur la blogo, en « sous-marin », des blogs de « pmettes ». Je suis arrivée un jour sur l’un deux, au hasard des commentaires, ai commencé à en lire un autre, puis un autre… Jusqu’à devenir presque « accro ». Sans jamais m’abonner. Mais leurs histoires sont par nature (désolée pour le mauvais jeux de mots!)  d’un grand suspens. Forcément, on s’attache et on a envie de savoir si elles arriveront à avoir cet enfant qu’elles désirent tant.

Au delà du suspens et de la curiosité, il se trouve que ma sœur est confrontée depuis plus de 2 ans à ce désir d’enfant irréalisé. Je sais que cela fait longtemps qu’elle a envie d’avoir un enfant, mais elle voulait « faire les choses dans l’ordre », et se marier d’abord et avoir un appartement correct (c’est-à-dire avec au moins 2 chambres!).

Or, deux ans après son mariage, toujours rien à l’horizon. Je ne parlerai pas des détails de son histoire, c’est la sienne. Mais je comprends son impatience quand je suis moi-même « tombée » deux fois enceinte en C1 (abréviation de « premier cycle », c’est à dire juste après avoir arrêté la contraception) . La première fois après un arrêt de pilule, la deuxième après un DIU (stérilet).

J’étais enceinte bien avant son mariage, donc les questions ne m’effleuraient pas. Mais j’ai du mal à comprendre l’attitude des médecins qui, quand elle explique qu’elle n’est pas encore enceinte 10 mois après avoir arrêté la pilule, lui disent qu’elle est trop impatiente, qu’elle y pense trop et qu’on ne commence pas d’examens avant un an révolu.

On est assez fertiles dans la famille; mère, tantes, sœur, cousines… Je pense que ma soeur s’attendait à être enceinte rapidement. Et je repense amèrement à mes petites blagues sur mes grossesse rapides.

 

Et voilà que, maintenant que je sais qu’elle galère, maintenant que je sais ce que peuvent endurer les couples en PMA (Procréation Médicalement Assistée), je dois lui annoncer ma troisième grossesse.

J’avoue avoir repoussé ce moment, ayant mis uniquement ma mère et mes frères dans le secret. Ce n’est qu’après l’échographie que je me suis décidée à l’annoncer, voulant qu’elle soit quand même parmi les premières à le savoir (c’est ma sœur, quoi!).

J’ai tourné des dizaines de phrases dans ma tête, cherché la formule qui me paraissait la moins douloureuse, la plus douce… Avant de trouver une phrase qui me paraissait correcte.

Suite au prochain épisode !

Publicités

Une réflexion au sujet de « Annoncer sa grossesse à sa soeur infertile »

  1. Ping : Des « essentiels  en puériculture, vraiment ? | «Une aventure familiale...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s