Etre mère et travailler 1/2

Peut-on être mère et travailler? La question se pose, encore et toujours.

Je travaille en province. Dans la grosse province, celle des bottes, des champs et de la boue. Enfin, dans une ville, mais je m’occupe pas mal de bottes et de champs. Bref. La Capitale, il faut 3 h pour y aller. C’est loin. Mais c’est là que tout se passe, ou presque. Merci la France, merci Louis XIV, merci la décentralisation qui traine. Donc quand il y a une réunion hyyyyyyyyyyper importante, il faut aller à Paris. Se lever à 5h30, revenir vers 20h. Après 3 h de train, 45 min de métro 6 h de réunion, 45 min de métro et 3 h de train. La belle journée quoi. Quand tout se passe bien. Parce que quand le train ou le métro commence à défailler…. c’est le grain de sable qui fait dérailler la locomotive.

Donc on s’organise. Chéri s’occupe des enfants le matin, les levant, habillant, petit-déjeunant et déposant respectivement à l’école et chez l’AssMmat. Ces dames (oui ce ne sont que des dames: maitresse, ATSEM et AssMat) s’occupent de la chair de ma chair jusqu’à une heure tardive, mais  arrive un moment où même les professionnels aimeraient pouvoir reposer leur cerveau et reprendre une activité normale (aka regarder TF1, non pardon).

Et il se trouve que c’est vers 18h, heure où je suis encore en train de profiter du confort SNCFien dans un siège étroit, avec une bouteille d’eau payée un bras parce que j’avais oubliée d’en amener une, essayant de trouver la météo sur ce smartphone qui ne capte pas le réseau à 130 km/h, pour anticiper mentalement les habits des petites du lendemain. Je ne suis donc vraisemblablement pas en mesure de récupérer physiquement mes petites chéries.

On demande donc de l’aide à qui on peut : mémé, pépé, AssMat en payant des heures sup’, baby sitter… Et comme ça n’arrive pas tous les jours, on s’en sort à peu près. Et on n’a pas encore de mini tour Eiffel à ramener, vu que l’âge de ma progéniture ne lui a pas encore permis de s’intéresser à l’architecture rouillée flamboyante du XIXème.

Là où ça se complique, c’est quand on vous dit qu’il y a une formation hyyyyper intéressante, à Paris encore, mais sur 2 jours. Deux jours. Consécutifs. Si j’avais été célibataire ou juste en couple, je me serais dit : super ! A moi Paris by night, un after work, revoir des copines de y’a 10 ans, un théâtre improvisé ou juste une ballade nocturne dans la ville lumière…

Maintenant que j’ai des enfants, je me dis: « merde ». Un bon gros merde vulgaire et moche. Parce que je peux demander à la nounou de garder ma fille tard, à la belle-mère de les faire manger, au moins une, voire même de la coucher. Au papa, qui rentre tard aussi, il a un métier lui aussi, mais il peut prendre le relais. Mais. Mais. Mais.

J’ai un  modèle de bébé récalcitrant qui, à 18 mois, ne « fait pas ses nuits ». Met une heure à essayer de s’endormir à force de comptines, bercement, tétées… Et qui malgré tout se réveille au cours de la nuit. Parfois une seule fois. Parfois plus. Parfois toutes les heures.

A ceux qui on bien lu que je donnais encore la tété et qui pensent que c’est la cause du Mâââl et que je ferai mieux de la sevrer, je dis : au revoir. Passer votre chemin, je ne veux pas de leçon de morale. Le problème n’est pas là. Le problème est que j’ai un bébé « difficile », qui a besoin d’attention, que je voudrais lui donner toute la sécurité affective dont elle a besoin, là maintenant. Que je souhaite accompagner mes enfants du mieux que je peux et que si elle a besoin de téter, d’être rassurée la nuit, je lui offre ce réconfort. (Sa sœur ainée faisait ses nuits à 3 mois, tous les enfants sont différents, merci d’éviter les généralités). Que laisser sa gamine près de 12 h chez la nounou, c’est aussi dur pour elle que pour moi, et qu’on arrête de me bassiner avec la mère trop fusionnelle. Ma fille a 18 mois, pas 18 ans. Merci. Bref.

Donc, une formation de 2 jours. Avec un bébé pareil. Eh bien je ne sais pas comment je vais faire.

A suivre.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Etre mère et travailler 1/2 »

    • Ohlala, cela faisait longtemps, j’avais oublié que j’avais un ersatz de blog ! 😦
      Merci pour ton commentaire, il me redonne un peu de tonus, je vais tacher d’écrire la suite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s