Lien

J’ai beaucoup de cousins et cousines. Quand je dis beaucoup, c’est beaucoup. Pas loin d’une quarantaine je pense.

Évidemment, les écarts d’âge sont assez larges et je suis parmi les plus jeunes. On s’entend plutôt bien, on se voit souvent l’été, aux fêtes de famille, etc. Avec le temps et la fondation de nos propres famille, on se voit moins mais on reste assez proches. Avec certains plus que d’autres évidemment.

C’est une famille de tradition catholique. Très tradition et très catholique ! Certains sont très praticants, certains même LMPT. Et je viens de découvrir qu’ils sont nombreux à être fillonistes, ça doit faire partie du trio gagnant.

Résultat de recherche d'images pour "facebook j'aime pas"

Bon. Je le vis bien. Il y a des affinités avec certains plus que d’autres évidemment (enfin ça a été un peu chaud parfois mais c’est de l’histoire ancienne.) Nombreux sont ceux qui figurent parmi mes contacts sur face de bouc. Des jeunes et des moins jeunes. (Oui il paraît que facebook s’est ringardisé et que les jeunes n’y vont plus car il y a trop de « vieux » -de trentenaires quoi!)

Quand FB servait uniquement à poster des photos et donner des nouvelles, en évitant le mel collectif, tout allait plutôt bien.

Mais récemment (merci le congé mat qui te permet de glander passer plus que nécessaire sur les « réseaux sociaux »…)  sous les quelques posts que je « likais », je trouvais parfois des commentaires des-dits cousins, de certains plus précisément. Innocemment, je likais des petites phrases sympas sur le féminisme, l’IVG, l’éducation bienveillante… Et un peu au sujet de la rigolade politique actuelle.

Lire la suite

La crise 

Un jour de vacances. Le bord de mer en hiver. Il pleut, nous décidons d’aller visiter un grand aquarium. Il y a un peu de route. Choupinette -3,5 ans- s’est endormie en route. Elle dort encore quand nous garons la voiture.

Je la réveille aussi doucement que je peux. Cela reste visiblement encore dur pour elle. Elle se met à crier, à pleurer… mon stress monte.

Son père s’occupe de l’aînée, j’installe Bébéchou dans l’écharpe. Choupinette pleure encore. Le parking est grand, il faut marcher un peu avant l’entrée de l’aquarium. Il y a un petit crachin, il fait un peu froid… Choupinette ne veut pas sortir de la voiture. Je suis énervée, j’ai envie de sortir, envie que tout le monde profite de cette sortie. Je la hisse péniblement hors de la voiture.

Lire la suite

Mon corps, notre enfant

En tant que féministe convaincue, je suis une fervente partisane du slogan «mon corps, mon choix». Et suis encore atterrée de voir à quel point il faut se battre pour qu’on laisse les femmes décider de ce qu’elles font à leur propre corps (l’habiller ou pas, le maquiller ou pas, le soigner et comment…)

Cependant quand il s’agit d’un enfant, je me suis retrouvée à penser un peu différemment et même à défendre la position d’hommes (private joke pour dire que le féminisme n’est pas être contre les individus masculins).

Lire la suite

S’épiler pour accoucher ?

Question féminine, question intime, question que l’on n’ose pas forcément poser.

Je l’ai posée pour vous à «ma» sage-femme!

Si certaines femmes ne peuvent pas aller à un rdv médical dans s’être faite faire le maillot, si d’autres revendiquent le droit à laisser leurs poils intacts, entre les deux, je pense que nous sommes nombreuses à nous demander ce qui est le «mieux», disons, le plus approprié, pour un accouchement.

Lire la suite